Le mobilier usagé

Chaque année, en France, ce sont près d’1 000 000 tonnes de mobilier  usagé (sur 1 700 000 T) qui sont enfouis dans des Installations de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND), et donc non valorisés.
On y trouve notamment la quasi-totalité des matelas, des sièges et rembourrés, ainsi qu’une grande part des meubles en bois ou panneaux de particules.

Les pouvoirs publics ont fixé l’objectif à atteindre :
> 45% de recyclage et de réutilisation ou réemploi à fin 2015
> et 80% de valorisation, pour fin 2017.
L’enfouissement actuel des Déchets d’Eléments d’Ameublement (50% à 60 % du gisement total) devra être réduit à 20 % max.

Pour ce faire, dans le cadre du décret du 6 janvier 2012, relatif à la gestion des déchets d’éléments d’ameublement, sur le périmètre du mobilier domestique et de la literie, le Ministère de l’écologie a agréé au 1er janvier 2013 l’éco-organisme, Eco-Mobilier, pour prendre en charge les obligations des professionnels du secteur de l’ameublement (fabricants, distributeurs, importateurs, agenceurs, artisans, mais aussi professionnels de l’immobilier, bailleurs sociaux…).
Ce nouveau système de collecte, de tri et de recyclage des DEA est financé par l’éco-participation mise en place sur tous les meubles neufs depuis 1er mai 2013.
Les professionnels du secteur de l’ameublement y contribuent, et les consommateurs également.



ECOMOB